(Manger)

 

 

 

 

7 MÉDIUMS

9 ÉVÉNEMENTS

21 INVITÉS

12 DISCIPLINES

1 THÈME

 

 

Expérimenter l’action du verbe à travers les parenthèses du rêve. Goûter aux multiples dimensions du concept.

(Manger) — manger entre parenthèses — est à la fois une exposition d’arts visuels et une série d’événements performatifs. (Manger) est une œuvre transdisciplinaire, c’est-à-dire qu’elle se déploie entre, à travers et au-delà de plusieurs disciplines.

On connaît la multidisciplinarité ; elle consiste à multiplier les approches disciplinaires. L’interdisciplinarité applique les méthodes d’une discipline à une autre. La transdisciplinarité inclut les deux et va plus loin : elle témoigne des niveaux de réalité et de la logique du tiers inclus.

(Manger) est constituée de sept médiums artistiques où Makwanda agit en tant qu’auteur : photographie, performance, installation, esthétique relationnelle, sculpture, art vidéo, littérature. Il rassemble également un réseau de collaborateurs qui co-créent l’oeuvre, comme un plateau de tournage réalise un film. La photographie (l’image ou le miroir) est le centre autour duquel les autres médiums interagissent. Les tableaux et événements, tous reliés par le même thème, font des références implicites ou explicites à douze autres disciplines : mythologie, physique, alchimie, théorie des arts, philosophie, sémiologie, art culinaire, massothérapie, psychologie, science des religions, sociologie, histoire de l’art.

Manger est un thème universel, ce qui en fait le prétexte favorable à l’extension esthétique du concept de transdisciplinarité. (Manger), c’est s’incorporer l’art par tous les sens — voir, toucher, goûter, etc. — et dans tous les sens : vital, sensuel, symbolique, etc. L’œuvre propose une expérience vécue d’unité de la connaissance : où l’objet se confond avec le sujet.

Durant les deux semaines de la première édition, nous avons rencontré autant des passionnés d’art que des familles, des touristes ou des habitants du quartier. L’exposition était ouverte de midi à 23h tous les jours, au cœur du Village (Montréal, Canada), sur la rue piétonnière. Au total, plus d’un millier de personnes sont entrées en relation avec l’œuvre.

DOSSIER DE PRESSE

 

 

9 juillet
10 juillet
11-22 juillet
15 juillet
16 juillet
17 juillet
17 juillet
21 juillet
23 juillet


Nancy Croussette, directrice de projet et médiatrice culturelle, fut présente à tout moment pour accompagner les visiteurs à travers l’univers de l’artiste. Sa connaissance intime de l’oeuvre de Makwanda s’est révélée une ressource précieuse à la disposition du public.